cahier d’illustrations

Le café Sauger à Corancez.  Le café Sauger. Comme la ferme Brierre, il fut reproduit en cartes postales contribuant à entretenir la mémoire du crime de Corancez. Brierre y passa la soirée du dimanche 21 avril avec ses partenaires de carte. En rentrant chez lui, il affirma avoir été agressé à coups de couteau et frappé au crâne par deux voleurs. Le juge Cornu ne crût pas à sa version des faits  » remplie d’incohérences ». Dés le 23, il l’inculpa du quintuple assassinat. Brierre nia. Jusqu’à sa mort.

Ci-dessous, les obsèques des victimes le mercredi 24 avril vues par un « canard » qui s’inspira probablement du dessin du Petit Parisien Illustré du 12 mai 1901. La cérémonie fit la une de nombre de journaux nationaux  (Le Matin, Le Petit Journal, Le Petit Parisien, 2 millions d’exemplaires à eux trois…). Les pompiers escortèrent le cortège et ce furent effectivement les enfants qui portèrent les cercueils.

L’enterrement des enfants vu par un « canard ». Les obsèques des enfants Brierre font la une de tous les journaux. Le Petit Parisien y consacre la première page couleur de son supplément illustré du 5 mai 1901. « Le canard » ( sans date) reprend des éléments du dessin de l’hebdomadaire.  La compagnie des pompiers escortait le cortège et ce furent les enfants du village qui portèrent les cercueils. Collection personnelle. A. Denizet.

4 thoughts on “cahier d’illustrations”

  1. Bonjour , tres bonne emission aujourd’hui sur RTL, hate de lire le livres et peut être vous voir lors d’une conférence !
    Cordialement
    Karine R.

    1. Merci. L’émission était pour moi très agréable. Le temps a cependant manqué pour évoquer de nombreux aspects de cette affaire hors norme, notamment les trois derniers chapitres. A bientôt, je l’espère un commentaire sur le livre, cette fois !
      Bien cordialement
      Alain Denizet

  2. Remarquable d’avoir su traiter l’affaire en historien sans tomber dans le pathos ni dans le roman policier et de l’avoir rendue si intéressante. Le plan de la commune et une image de coutre m’ont un peu manqué, et qu’appelle-t-on un gilet ? Mais ce ne sont que des détails et j’ai trouvé passionnante la situation dans l’histoire, la revue de presse constante, la description du bagne… Bien sûr le doute subsiste et l’hypothèse du déni parait bien séduisante. C’est énervant de ne pas savoir à la fin! Merci Alain, continue… Marie-Pierre Noguet

  3. Bonjour,
    Je serai à votre conférence à Moulins. Je travaille sur les complaintes criminelles (1870-1940) en France. J’en connais 8 sur l’affaire Brierre. Cela vous intéresse-t-il que je vous apporte des reproductions ? Et je peux aussi vous montrer mes originaux.
    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Histoire de Beauce et d'ailleurs