OVNIS en Eure-et-Loir

 

 

 

 

 

 

 

À la suite d’une vague de « flying saucer » – soucoupes volantes – observée en 1947 par l’aviateur américain Arnold, pionnier en la matière, la contagion des extraterrestres gagna le monde. Il n’y avait donc aucune raison pour qu’elle épargne le ciel du département.

1947, flying saucer sur Chartres

Titrant sur « les soucoupes volantes dans la région chartraine », la presse se fit un devoir de rapporter les témoignages sur « l’apparition de mystérieux engins dans le ciel ». Au-dessus de la cathédrale, à 18 heures 40, le mercredi 4 juin 1947, des ouvriers virent un instant un « disque blanc » qui prit soudain de l’altitude « en tournant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre ». Si l’on suit les époux Descazaux, « le disque » dont la dimension était celle d’une assiette, avait des contours « très nets » qui rendaient impossible la confusion avec un avion.

Schéma paru dans l’Echo Républicain en mai 1950 à propos d’une autre « apparition« 

Le même jour, la femme Faure, vers 8 heures 20, aperçut en direction du terrain d’aviation et au dessus de l’usine à gaz une traînée lumineuse qui « brillait comme de l’argent et dessinait une sorte de S » comme un ruban, de longueur assez faible. Elle ne pouvait provenir d’un avion à réaction asséna un fonctionnaire des PTT ; pas du tout, contesta un Maintenonais pour qui les trainées blanchâtres étaient comparables à celles laissées par les chasseurs anglais pendant la guerre. Plus fort encore, vers minuit, la femme Breton-Coudière d’Ymonville avait nettement distingué dans le ciel étoilé un disque jaune pâle se déplaçant sans bruit et qui abandonnait derrière lui de petits flocons[1].

Aucun Chartrain n’eut la chance de vivre l’aventure de l’américain Georges Adamski : le 20 novembre 1952, alors qu’il pique-niquait dans le désert, un astronef se posa, une créature « aux cheveux longs » en sortit et se présenta à lui comme un vénusien. Il en fit un livre, « Les soucoupes volantes ont atterri », un best-seller traduit en dix-huit langues, que d’aucuns tiennent encore pour vrai….

Soucoupe volante dans l’espace drouais

19 août 1965. Cette fois, c’était sûr. Lauréat en 1950 – un an avant Von Braun[2] – du prix international d’astronautique, autodidacte de génie et auteur de plusieurs ouvrages de renom, Alexandre Ananoff avait « vu de ses yeux vus » une soucoupe volante dans le ciel drouais.

Le scientifique qui était, selon L’Écho républicain, « tout le contraire d’un rêveur ou d’un fantaisiste », fut alerté à 20 heures 05 par son fils : du jardin de leur propriété, il avait remarqué une étrange lueur dans le ciel estival, vierge de tout nuage.

Ananoff au centre, photo de L’Echo Républicain, 19 août 1965.

Muni de jumelles, Ananoff observa un engin d’une intensité lumineuse de deux à trois fois celle de Vénus, donnant « l’impression d’une opaline transparente » et qui se déplaçait sans bruit à une vitesse prodigieuse. Le mystérieux phénomène fit un second passage après 23 heures. « Un ballon-sonde ou peut-être une fusée ou un satellite », conclut la base aérienne d’Évreux qui avait enregistré le double passage. Un ballon-sonde, répliqua Ananoff, « ne se déplace pas à très grande vitesse et une fusée ou un satellite suivent une orbite régulière ». La presse nationale et l’ORTF se précipitèrent à Fermaincourt pour interviewer le scientifique, sa voisine et le maire de Montreuil qui eux aussi avaient vu la « chose ».

Ananoff, l’homme qui inspira Hergé

Le livre vedette d’Ananoff.

Elle avait peut-être abusé le célèbre scientifique, pionnier des voyages spatiaux. Ses travaux avaient inspiré Hergé, toujours soucieux de sa documentation, pour « On a marché sur la Lune ». « Je n’ai fait que romancer, dit le père de Tintin, des bouquins qui existaient déjà, en particulier L’Astronautique d’Alexandre Ananoff[3]. »

Depuis le début des années 70, les « ovnis »  – objet volant non identifié – ont remplacé les soucoupes volantes. L’un d’eux fut aperçu en 1976 dans le ciel de Beauce, du côté de Louville-la-Chenard. Mais celui qui tint en haleine la France entière se posa à Cergy-Pontoise le 26  novembre 1979. Il enleva un jeune homme qui réapparut huit jours plus tard.… De nos jours, les ovnis se font discrets dans les médias, mais les sites internet qui leur consacrés sont nombreux. Et bien réels.

 

[1] Epidémie ? Une boule de feu fut observée de la tour de contrôle du Bourget le 13 juin ; la veille à Montmartre, une personne avait téléphoné au Monde pour signaler un « disque argenté ».

[2] Concepteur des V2 allemandes à la fin de la guerre, puis responsable du programme spatial américain.

[3] Son apport à l’astronomie est aujourd’hui réhabilité. Une biographie est parue en 2013, préfacée par Claudie Haigneré.