26 février 1966, Sorel-Moussel : le jour où le notaire d’Abondant découvrit le legs de Claude Monet

Ce 2 février 1966, Michel Monet revenait de Giverny où, chaque semaine, il se rendait sur la tombe de son épouse Gabrielle, décédée deux ans plus tôt.  À la maison de son père, il préférait « Les Blondeaux », sa propriété de Sorel-Moussel en Eure-et-Loir. Mais à Vernon, à la sortie du pont Clemenceau, sa voiture frappe de plein fouet un camion. Michel Monet décède dans la nuit. Il allait avoir 88 ans.

Michel Monet. Source : Journal de Paris – 26.02.1966. DR.

Veuf sans enfant[1], il est le seul héritier de son père car son frère Jean, mort en 1914, est lui aussi sans postérité et Claude Monet n’a rien légué à sa bru.

Rendez-vous aux Blondeaux,  propriété de Michel Monet

Maître Bourdon, le notaire d’Abondant, est chargé de la succession, assurément unique dans sa carrière. Le fils du maître de l’impressionnisme, désirant que les œuvres ne soient pas dispersées à tout vent, lègue Giverny et l’ensemble de ses collections à l’Académie des Beaux-Arts. La majorité des tableaux est aux Blondeaux, à Sorel-Moussel.

Alors le 26 février 1966, des personnalités convergent vers la propriété, discrètement surveillée par les gendarmes.

Le s gendarmes surveillent les Blondeaux. JT 13H – 15.03.1966. Archives INA. Reportage d’Adam Saulnier. DR.

Ont été conviés les autorités de l’Académie des Beaux-Arts, le conservateur du musée Marmottan, des représentants de l’Etat – le préfet, le député de Dreux, Edmond Thorailler et le maire de Sorel-Moussel. Quand le notaire lève les scellés devant les caméras de la télévision, nul ne sait ce qui se cache derrière les portes.

Un fabuleux trésor

Ces privilégiés découvrent un fabuleux trésor jamais exposé, conservé sans façon, sans couche de vernis, parfois sans cadre.  La plus grande des pièces abrite quatre-vingt-onze œuvres dont quarante-huit de Claude Monet parmi lesquelles « Camille Monet et sa cousine sur la plage », « le Parlement de Londres », « Un paysage de Norvège » et « Un paysage de neige ».

Découverte du « trésor ». JT 13H – 15.03.1966. Archives INA. Reportage d’Adam Saulnier. DR.

Mais la collection foisonne aussi de ses illustres contemporains, tableaux de Berthe Morizot, de Manet, de Boudin, de Signac, de Caillebotte, de Jongkind, de Mary Cassat et de Renoir. De ce dernier, ils admirent la toile qui représentent Claude Monet et sa première épouse Camille. Les experts l’estiment à 4 millions de francs[2].

Un expert. JT 13H – 15.03.1966. Archives INA. Reportage d’Adam Saulnier. DR.

La collection d’objets africains de Michel Monet

Mais une autre pièce figure un autre musée, témoin des expéditions passionnées de Michel Monet en Afrique. « On découvrait la collection qu’il avait rapportée : ivoires, peaux de girafe, pieds d’éléphants transformés en guéridons, sculptures qui lui rappelaient l’époque heureuse de ses aventures, en compagnie de sa jeune épouse Gaby[3] », écrit son amie Katia Granoff, déplorant toutefois que ce voisinage entre chefs d’œuvre et trophée de chasseur ait suscité parfois « l’ironie des visiteurs ».

Giverny, l’autre partie du legs

La seconde partie du legs concerne Giverny. La grande maison rose recèle de nouvelles merveilles, évaluées à un 11 millions de francs et inventoriées par Maitre Bourdon, le notaire d’Abondant :  des estampes japonaises et quarante-six toiles connues de rares initiés représentant nymphéas et vues de jardin, dernières œuvres du peintre.

Adam Saulnier et Maître Bourdon à Giverny. A droite, les nymphéas. JT 13H – 15.03.1966. Archives INA. Reportage d’Adam Saulnier. DR.

Cette extraordinaire découverte met en lumière l’ultime période d’activité de Claude Monet, jugée invendable et donc snobée, à l’exception d’une minorité avisée. Dont Katia Granoff, amie et galeriste.  « Me faisant entièrement confiance, raconte-t-elle, il m’avait choisie […] j’ai foncé dans l’aventure follement éprise de ces nymphéas. Il m’a été donné de soulever la lourde stèle de l’oubli, d’éveiller les esthètes en sommeil. »

Le musée Marmottan, écrin du legs Monet

Contrat rempli…Ces nymphéas et les autres œuvres léguées par Michel Monet sont dorénavant exposés au musée Marmottan dans une salle aménagée au sous-sol de cet hôtel, inaugurée en 1970.

Le Musée Marmottan.DR.

Mais regrette Katia Granoff, « ni la presse ni les écrivains d’art ne rendirent hommage à cet homme difficile dans ses rapports avec les tiers, et l’inestimable legs qu’il a laissé au Musée Marmottan, s’il fut accueilli avec satisfaction, le fut sans la profonde reconnaissance et sans les honneurs dus au donateur[4] ».

Quant à la propriété des « Blondeaux » de Sorel-Moussel, elle fut achetée par le neveu de Katia Granoff, Pierre Larock[5]. C’était la volonté des époux Monet.

[1]  Michel Monet et Gabrielle Bonaventure aurait eu avant leur mariage, une fille « naturelle », Rolande Verneiges (décédée en 2008).

[2] Sources : L’Action Républicaine, 1er mars 1966.

[3] Katia Granoff, œuvres complètes, 1980 Christian Bourgeois, p.96. Née en 1895 dans l’actuelle Ukraine, décédée en 1989, poétesse, critique d’art et galeriste à Honfleur, Cannes et Paris, elle fut une amie proche du couple Monet à partir de 1944.

[4] Katia Granoff, œuvres complètes, p. 97.

[5] Il y a toujours une galerie Granoff-larock à Paris et à Honfleur.

En savoir plus. Deux films de l’INA

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/caf97001329/levee-des-scelles-de-la-collection-de-michel-monet-fils-du-peintre-claude

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/caf97001606/legs-des-peintures-de-la-collection-de-michel-monet

Retour page d’accueil. Actualités et livres d’Alain Denizet