26 mars 1859 : le jour où le docteur Lescarbault d’Orgères-en-Beauce découvrit la planète Vulcain…

L’anomalie de la révolution de Mercure ?

Sommité scientifique, directeur de l’observatoire de Paris et découvreur de la planète Neptune[1] en 1846, Urbain le Verrier s’interrogeait en mars 1859 sur les anomalies de la révolution de Mercure autour du Soleil. Selon lui, une planète inconnue ou une série d’astéroïdes intercalées entre les deux astres pouvaient être à l’origine de ces manifestations.

Vulcain

Découverte de Neptune par Le Verrier, caricature de Cham, L’Illustration, 7 novembre 1846.

C’est d’un amateur, médecin à Orgères-en-Beauce né à Châteaudun le 14 aout 1814, que vint la résolution de l’énigme.  

« Eurêka, j’ai trouvé… Vulcain ! « 

Edmond Lescarbault, était depuis l’enfance un passionné « des phénomènes célestes ». Il avait installé dans sa propriété un observatoire, doté d’un dôme tournant et avec sa lunette, entre deux consultations, il scrutait le ciel.  Le 26 mars 1859, à 3 heures 59 minutes et 46 secondes – heure d’Orgères – l’œil appliqué à l’oculaire, il discerna « sur le disque du soleil un petit point noir, se détachant sur le fond lumineux et se mouvant en ligne droite… À 5 heures 16 minutes et 55 secondes, il franchit le bord du soleil[2] ».

Docteur Lescarbault

Le docteur Lescarbault. Source : https://www.echosciences-centre-valdeloire.fr/evenements/le-monde-merveilleux-d-edmond-lescarbault

Vulcain, une nouvelle planète

Autrement dit, le médecin d’Orgères-en-Beauce est le premier à observer le transit d’une nouvelle planète devant l’astre lumineux. Prudent, il attend le 22 décembre 1859 pour alerter Urbain Le Verrier par courrier.  Sur plusieurs pages, noircies de chiffres et de calculs, il lui expose sa méthode, ses observations, son matériel et sa conclusion révolutionnaire sans oublier de flatter le savant dont il conforte l’hypothèse.  « J’ai la conviction cette planète est celle dont il y a quelques mois vous avez fait connaitre l’existence par cette merveilleuse puissance de vos calculs qui, en 1846, vous firent reconnaitre les conditions d’existence de Neptune. »

Vulcain

La planète Vulcain, la planète la plus proche du soleil. Source : Lith. of E. Jones & G.W. Newman — Library of Congress.

Les moyens d’un astronome amateur

Piqué au vif après avoir reçu un second courrier de Lescarbault le 30, Le Verrier se précipite à Orgères. Le lendemain au petit matin. Il découvre, stupéfait, les moyens de fortune avec lesquels l’astronome amateur opère.  Son objectif de 10 centimètres d’ouverture et d’1,5 mètre de longueur, muni d’un oculaire grossissant de 150 fois, repose sur un trépied bricolé. En fait de chronomètre, il a une montre à minute et comme pendule battant la seconde, un simple fil de soie supportant une boule d’ivoire. Il note ses observations sur des bouts de papier ou à la craie, sur des planches de sapin qu’il rabote ensuite pour y faire de nouvelles notations. Tout cela sans compter, les dérangements occasionnés par la clientèle qui le font descendre de la terrasse de son observatoire…

Docteur Lescarbault

Carte postale début, XXe siècle. L’Observatoire du docteur Lescarbault.

Selon les rumeurs colportées avec condescendance par la presse parisienne, l’illustre Le Verrier aurait rudoyé l’astronome amateur avant de s’enquérir auprès du curé et des voisins de sa réputation irréprochable. 

Lescarbault adoubé par Le Verrier.

Mais, trois jours plus tard, le 2 janvier 1860, oubliant ses préventions, Le Verrier est à l’Académie des sciences. Sous le charme de la découverte qui accrédite ses calculs, il dresse un éloge de l’obscur médecin de campagne : « Nous avons trouvé en M. Lescarbault un homme adonné depuis longtemps à l’étude des sciences, entouré d’appareil de toute nature. Il nous a donné des explications minutieuses sur ses travaux… J’ai l’entière conviction que l’observation détaillée qu’il a faite doit être admise par la science ». Le Verrier annonce même l’apparition de la nouvelle venue – baptisée Vulcain – en mars ou avril 1860 et calcule que sa révolution autour du soleil serait de 19 jours…

…Et récompensé par la Nation et le département

Dans la foulée, il obtient pour Lescarbault la Légion d’honneur le 25 janvier 1860.

Docteur Lescartbault

Le Dr Lescarbault fait chevalier de la légion d’honneur. Base Lonore, cote .LH//1612/33

Sa découverte est d’autant plus méritoire que, note Le Constitutionnel, elle vient d’une « petite localité dans laquelle ce médecin était privé de cette communion intellectuelle qui excite et féconde la pensée ». Reconnaissant envers cet amateur qui redonne des couleurs à son pays, le conseil départemental d’Eure-et-Loir lui octroie 1500 francs. De quoi améliorer les conditions de travail de ce chercheur atypique.

Cependant Lescarbault est contesté. Des plaisantins ironisent sur une confusion avec des oiseaux. Plus sérieusement, dans Le Siècle et dans Le Charivari[3], des esprits chagrins font remarquer que ce fameux 26 mars, le passage de Vulcain avait échappé aux agents de l’Observatoire de Paris, pourtant autrement outillés. Le Verrier balaya l’argument d’un revers de main, précisant que ce jour le ciel beauceron était dégagé au contraire de celui de Paris. Elémentaire.

Urbain Le verrier, 1811-1877.astronome et mathématicien français et …fondateur de la météorologie moderne française.

Vulcain, mirage céleste…

Les astronomes du monde entier scrutèrent en vain le ciel des années durant. Aucun ne revit Vulcain jusqu’à une nouvelle fausse alerte en 1876 émanant d’un savant suisse[4]. Il fallut se rendre à l’évidence : la planète Vulcain n’existait pas. Quant aux « anomalies » de mouvement de Mercure, elles furent expliquées en 1916 par Albert Einstein grâce à la théorie de la relativité générale. Entre temps, le docteur Lescarbault était mort, oublié et désargenté, le 6 avril 1894 à Orgères-en-Beauce.

Vulcain et Star Treck

La Gloire de Vulcain. D.C. Fontana. Star Trek, série originale, 1989.

… mais planète de science-fiction

Vulcain cependant lui survécut dans les ouvrages de science-fiction comme Vulcan’s Workshop (1932) et At the Center of Gravity (1936). La célèbre série Star Trek utilisa son nom, mais pour une planète en dehors du système solaire. Que l’observatoire du docteur Lescarbault aurait été trop modeste pour détecter …

http://www.astroantares.fr/medias/files/le-docteur-lescarbault.pdf

Découvrir les Chroniques euréliennes

[1] Grâce à ses calculs sur les anomalies de mouvement de Neptune. C’est l’allemand Galle qui observa le premier la nouvelle planète.

[2] Extrait de la lettre de Lescarbault adressée à Leverrier in Compte rendu de l’académie des sciences, 2 janvier 1860, p. 40-45.

[3] Le Siècle, 2 mars 1876 ; le Charivari, 19 mai 1860. Chronique de J. Denizet…

[4] Le Rappel 31 aout 1876.