Derniers guillotinés

La machine du docteur Guillotin avait été active dans le département jusqu’en 1872. Le couperet ne tomba plus ensuite « que » quatre fois jusqu’en 1931, cinq si l’on compte un eurélien qui eut le cou tranché à Paris en 1959. Qui sont ces derniers guillotinés d’Eure-et-Loir ?

Poirier, premier serial-killer français

Poirier, premier serial-killer français, est l’auteur de cinq assassinats dans le Perche, deux femmes  en 1871 et une femme et deux enfants 1874. Il est guillotiné à Chartres le 29 septembre 1874 devant une foule compacte et un parterre de journalistes accourus de Paris placés à quelques mètres du condamné.  Fascinés. Car, avoue Gaston Vassy dans Le Figaro, ce qui l’a décide à venir, «, c’est de  voir de tout près le condamné pendant les derniers moments de sa vie. De pareilles occasions sont fort rares[1] ». De fait, les grâces présidentielles sont quasi systématiques et de guillotine, il ne fut plus question pendant un quart de siècle en Eure-et-Loir.

Dossier Poirier, AD 28 2 U 2, 512 et 513. Cliché Jean -Claude Farcy. Lettre de Poirier au président du tribunal  » je demande pardon… » in « meurtre au bocage, l’affaire Poirier ( 1871-1874) SAEL 2012. p. XV du cahier iconographique.

Brierre échappe à la guillotine…

Le quintuple assassinat de Corancez allait-il changer la donne ? Le 21 avril 1901, les cinq enfants Brierre étaient retrouvés le crâne fracassé. Edouard Brierre, leur père, au cours d’un procès très médiatisé – en France et à l’étranger – avait été jugé coupable par la cour d’assise de Chartres[2] malgré l’absence d’aveu, de preuves irréfutables et de témoins directs.  Alors, le président Loubet avait sauvé la tête de Brierre, sensible aux arguments déployés par la Ligue des droits de l’homme.

Derniers guillotinés

Brierre au procès. L’Illustration, 28 décembre 1901.

C’était pour Le Journal de Chartres une décision inédite dans l’histoire judicaire. Après avoir cité le nom des derniers criminels exécutés, il s’interrogea : « Qu’étaient leurs crimes comparés à celui du monstre ? Plus infâme qu’eux tous, Brierre aura été épargné. ». Le Gaulois désavoua une grâce « stupéfiante »  qui précipitait le pourrissement politique à l’œuvre depuis l’Affaire Dreyfus : « Quand un homme trahit sa patrie, on a pour lui plus de tendresse que pour ses juges ; lorsqu’un Brierre assassine ses cinq enfants, on le gracie.»

Mais suscite un débat sur la peine de mort

Mais la grâce de Brierre ne remit pas seulement grâce présidentielle à l’ordre du jour médiatique, elle motiva en février 1902 une proposition de loi pour la suppression de la peine capitale, laquelle était soutenue par des ténors politiques. Ainsi, dans son journal Le Bloc, Clemenceau formait le vœu  que « la grâce de Brierre ait pour résultat de faire abolir la peine de mort ». La proposition échoua devant l’Assemblée le 10 février[3].

1921, Veignal à Chartres

Derniers guillotinés

Casimir Veignal, guillotiné à 18 ans. source : boisdejustice.com.

Muette depuis l’exécution de Poirier en 1874, la « veuve » s’activa trois fois en dix ans entre 1921 et 1931. Dans la nuit du 11 octobre 1921, les bois de justice furent à nouveau dressés à Chartres pour Veignal, un journalier d’à peine vingt ans qui avait trucidé un vieillard de Gas à coups de couteau. Son cynisme révolta. « Pour avoir tué un pouilleux de beauceron, on devrait me donner la médaille » avait-il glissé à son gardien lors du procès.

La rue des Lisses où fut exécuté Veignal. Une petite rue qui permettait de mieux maitriser l’afflux des curieux. La guillotine était installée auparavant place Morard.

Au matin de son exécution, il se confessa, alla à la messe, suit l’office avec un missel sans manifester la moindre émotion. S’adressant à son défenseur, il  dit ces mots : je regrette mon crime. On va me guillotiner, je l’ai mérité. Prévenez mes parents [4] ».

1925, Charpentier à Dreux

Derniers guillotinés

L’exécution de Charpentier. Dessin de Fily Michel. L’Echo Républicain, 16 octobre 2016. L’exécution eut lieu , en fait, dans la rue derrière le tribunal et non devant.

Le 27 juin 1925, c’est le nommé Charpentier, natif de Saint-Lubin-des-Joncherets, qui est placé sur la bascule à Dreux face à la prison, pour un meurtre commis au sortir d’un café contre un pauvre bougre auquel il avait volé trois francs. Au réveil, Charpentier fuma une cigarette, avala deux verres de blanc, assista à la messe et demanda aux magistrats de faire parvenir une dernière lettre à ses parents. L’exécution eut lieu à 4 heures 30, devant la prison, rue d’Orfeuil, au pied des marches de la rue Philidor, à l’ombre de la colline de la chapelle royale[5].

1931,Chartres : Ernest Roi, dernier guillotiné en Eure-et-Loir

Derniers guillotinés.

Ernest Roi, 19 ans, espérait la grâce présidentielle. Il regretta son crime, « surtout pour sa mère » à qui il fit une dernière lettre. Il la dicta à l’aumonier car il craignait de faire des fautes. La Dépêche-d ‘Eure-et-Loir, 23-24 septembre 1931.

Enfin, Ernest Roi. Ce jeune homme – « à classer parmi les beaux garçons » note curieusement le chroniqueur de La Dépêche d’Eure-et-Loir – a massacré les époux Klein, deux commerçants de Courville-sur-Eure, pour empocher les cinq-cents francs du tiroir-caisse. Le 23 septembre 1931, avant d’éprouver le souffle de la lame d’acier, d’un calme presque effrayant, il presse l’aumônier contre lui : « Eh oui, l’abbé, il faut… ».  

 » Avec courage ». On lui fit prendre -presque de force – un verre de rhum. La Dépêche-d ‘Eure-et-Loir, 23-24 septembre 1931. Le procès-verbal d’exécution donne pour prénom Ernest et non Robert…

1959, Jean Dupont, dernier guillotiné eurélien …à Paris

Cette série de portraits serait incomplète sans Jean Dupont, cultivateur à Bérou-la- Mulotière, canton de Brezolles. Cet homme brutal, escroc déjà condamné, est à l’origine d’un assassinat qui le place au rang des plus épouvantables du siècle. Ce divorcé n’a jamais supporté que son ex-femme ait obtenu le droit de garde de leur fillette. Alors, par vengeance, profitant des jours qui lui sont octroyés à Noël, il tue la petite Chantal – six ans -, la dépèce, brûle le cadavre et pendant des mois fait croire à sa femme et à la police qu’il a confié l’enfant à une famille de Paris. De Gaulle lui refusa la grâce. Dernier eurélien à subir la peine capitale, Dupont fut guillotiné à Paris le 14 avril 1959 sans avoir émis le moindre remords[6].

Epilogue

Pour rappel, Eugène Weidman, fut le dernier condamné français à être guillotiné en public le 17 juin 1939. Hamida Djandoubi fut le dernier criminel à être guillotiné. C’était à la prison des Baumettes le 10 septembre 1977. La peine de mort fut abolie le 9 octobre 1981.

—————————

[1] Jean Claude Farcy, Meurtre au bocage, l’affaire Poirier (1871-1874), p. 351, SAEL, 2012. Avant Poirier, une triple exécution avait eu lieu place Morard le 10 février 1872. Trois hommes avaient égorgé deux vieillards à Alluyes alors que la pays était occupé par les Prussiens.

[2] Alain Denizet, L’affaire Brierre, un crime insensé à la Belle Epoque, La Bisquine, 2015.  Réédition Ella, 2022.

[3] Les abolitionnistes avaient profité de l’examen du budget du ministère de la justice à l’Assemblée nationale pour porter le fer. Un député proposa de supprimer les crédits affectés au bourreau, arguant que c’est par la voie budgétaire que la peine capitale avait été  abolie au Portugal en 1865… Mais la discussion s’enlisa et le ministre jugea qu’un tel débat méritait mieux. Il s’en remit à une commission, moyen efficace comme on sait d’enterrer les questions épineuses… La proposition fut rejetée par 332 voix contre 210.

[4] La Dépêche d’Eure-et-Loir, lundi-mardi 12-13 octobre 1921.

[5] La Dépêche d’Eure-et-Loir, 27-28 juin 1925. L’ensemble de ces affaires est consultable en ligne sur le site des archives d’Eure-et-Loir. La presse est en ligne.

[6] Sur ces quatre dernières affaires, Gérald Massé, Les grandes affaires criminelles d’Eure-et-Loir, De Borée, 2007